Les Sept cousines…?

Les astrams connaissent les Sept Sœurs, aussi appelées Les Pléiades, mais ici nous allons plutôt parler des soi-disantes cousines de la Terre soi-disant trouvées par la NASA.

Déjà rendons à César, cette découverte n’est pas une découverte de la NASA. En revanche, la NASA sait communiquer, là-dessus, rien à redire, ils sont forts, très forts (ils ont même sortie une vidéo VR pour « visiter » TRAPPIST-1d…alors qu’on n’a pas la foutu moindre idée de ce à quoi peuvent bien ressembler ces planètes!!). C’est une découverte Européenne !

Comme son nom le laisse suggéré (du moins aux amateurs de boissons pétillantes alcoolisées houblonnées), le système TRAPPIST-1 est une découverte avant tout belge. Ce sont les télescopes belges TRAPPIST (TRAnsiting Planets and Planetesimals Small Telescope) au Chili et au Maroc qui ont découvert l’étoile et 3 premières planètes en 2015. De nombreuses autres observations ont ensuite confirmé la découverte, et c’est finalement le télescope spatial Spitzer (de la NASA) qui a enfoncé le clou et confirmé un total de 7 planètes le 22 février 2017. Donc certes, la NASA a joué son rôle, mais ce n’est pas sa découverte.

Ensuite tous les médias se sont emballés, comme à leur habitude, parce que 3 des planètes se trouveraient dans la zone d’habitabilité. Petit rappel, il s’agit de la zone orbitale autour de l’étoile où on estime qu’il serait possible de trouver de l’eau liquide (vous les sentez les ÉNORMES pincettes ?…). Selon nos estimations, Vénus et Mars se trouvent respectivement en limite intérieure et extérieur de la zone habitable du Soleil. Et jusqu’à preuve du contraire, point de vie sur ces deux planètes. Qui dit zone d’habitabilité ne veut donc surtout pas dire habitable.

Système planétaire de TRAPPIST-1 en comparaison avec le système solaire interne (NASA/JPL-Caltech)

Par ailleurs, le système est très ramassé, les orbites sont toutes en résonances (ou presque) il y a donc fort à parier que les planètes soient aussi verrouillées gravitationnellement par l’étoile. Ce qui signifierait qu’elles auraient un hémisphère de jour permanent et un de nuit permanente. En gros, cela ne laisserait que la bande autour du terminateur potentiellement habitable avec un enfer brûlant coté jour et gelé coté nuit (à moins que de violents vents n’arrivent à brasser l’atmosphère).

Planète verrouillée (vue d’artiste)

Pour finir, cette étoile est à 39al de nous. Il n’y a donc strictement aucune chance que nous allions l’explorer à moyen terme.

Bref, cette découverte est important par le nombre et surtout le type de planètes de ce système, mais nous sommes encore trèèèès loin de pouvoir affirmer qu’il s’agit de cousines de notre planète.

P.S. : par ailleurs, je rappellerais qu’Europe et Ganymède, sont totalement hors de la zone d’habitabilité et c’est pourtant la que les probabilités de trouver une vie extraterrestre sont les plus fortes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *